La MOUETTE

Texte/Musique/Chant: Greg Houben Arrangements/Mix: Cédric Raymond Réalisation : Damien Chemin Producteur : Benoît Goes - Allume la Mèche Interprétation : Greg Houben Animation : Lorène Yavo Graphisme : Jacinthe Folon & Lorène Yavo Chef opérateur : Benjamin Morel Montage, VFX & finalisation : CASTAR - Antoine Vermeesch Maquillage : Fabienne Adam Costumes et accessoires : Rita Belova Assistant opérateur : Adrien Lengrand Chef électricien : Thomas Bojan Électro-machino : Maxime Ravyts Montage son : Marc Bastien Figuration : Hùynh Minh Ðúc Générique : Jacinthe Folon Filmé au restaurant Le Mékong (Liège) et au studio Neostudio (Bruxelles) Remerciement spécial à Maÿliss Scolas, Ronald Beurms, restaurant le Mékong, Hùynh Minh Ðúc & Eva Lagrasse, Charly Kleinermann LABEL (C) : Allume la Mèche EDITION (P): Allume la Mèche AVEC LE SOUTIEN DE SABAM FOR CULTURE _______________________________________________ La Mouette, c'est la montée des eaux sur Paris qui nous projette dans un futur post-réchauffement climatique, pas si lointain que cela. ________________________________________________ La mouette Chérie, Nous n'irons plus au littoral Car la plage s'invite à Pigalle En compagnie des vagues et de la mer Et de Paname à Panama Il suffit de brandir le mat Pour traverser les eaux du monde entier J't'emmène au Ritz quand tu voudras On ira boire un chocolat Comme à Biarritz ou encore à Cabourg Et les mouettes en guise de Piaf Nous signeront des autographes Avec le bec, les ailes, et la manière Puis viendra le jours des adieux La montée des eaux dans nos yeux Car il faut que les hommes pleurent Le long du quai les grand vaisseaux Narguant nos bâtiments sous eau Où la baignade sera interdite On verra fondre nos garçons Quand coulera leur glace au citron Sous le soleil aride de janvier ...... Chérie, Les pieds dans l'eau face a la mer Tu plisses tes beaux yeux gris-vert En goutant le sel posé sur ma peau Lâchons les portes de l'écluse Que l'eau pénètre sans excuse Et prouve encore qu'elle a le dernier mot Puis viendra le jours des adieux La montée des eaux dans nos yeux Car il faut que les hommes pleurent Chérie, Nous n'irons plus au littoral Car la plage s'invite à Pigalle En compagnie des vagues et de la mer